Cicéron Angledroit

Auteur de romans policiers (mais rigolos quand même)

Cicéron Angledroit

Auteur de romans policiers (mais rigolos quand même)

Nouveautés

Dédicaces

  1. Librairie du Poussin à Lardy 91

    9 mars - 10 h 00 min / 19 h 00 min
  2. Livre de Paris

    15 mars
  3. Espace culturel Leclerc Vitry

    16 mars - 8 h 00 min / 17 h 00 min
  4. Livre de Paris

    17 mars

News

Voeux 2018

Voeux 2018

“Aide-toi, le ciel t’aidera”... Combien de fois ai-je entendu cette maxime étant petit ? C’est sans doute de là que me vient cette profonde aversion pour ces vœux à date fixe et ces réjouissances obligatoires. Cette période est plutôt mélancolique chez moi et je ne m’en réveille que le 1er janvier. Et nous sommes le 1er janvier. Ouf ! A mon avis (humble), chaque jour commence une nouvelle année. Prenons, par exemple, celle qui commence le 10 avril et qui se termine le 9 avril de l’année calendaire suivante. Eh bien elle comporte exactement 365 jours. Vous pouvez recompter, je ne me goure pas. Et pour les années bissextiles elle en a aussi 366. Magique, non ? Alors pourquoi choisir...

lire plus

Cicéron lit…

« Sérotonine » de Michel Houellebecq

« Sérotonine » de Michel Houellebecq

« Sérotonine » de Michel Houellebecq. Éditions Flammarion. Janvier 2019. Bon là, je prends des risques. Avec Houellebecq, pas de demi-mesures, c’est « t’aimes » ou « t’aimes pas. » Quand t’aimes c’est sans retenue, quand t’aimes pas c’est sans exception. C’est le personnage, souvent caricaturé mais, en y regardant de plus près, pas du tout caricatural, qui veut ça. C’est épidermique. Moi c’est « j’aime. » Donc, avec cette chronique, je vais faire, grosso-modo, dans le 50/50. La moitié me suivra, la moitié me fuira. Je prends donc le risque, compte-tenu de ma modeste (le mot est faible) exposition médiatique, d’amputer mon aura pâlotte de la moitié de son énergie sans, pour autant, espérer...

« Le suspendu de Conakry » de Jean-Christophe Rufin

« Le suspendu de Conakry » de Jean-Christophe Rufin

« Si les académiciens se mettent à faire dans le polar, que va-t-on devenir, nous autres, auteurs de bas étages et pourvoyeurs littéraires des trajets ferroviaires et des plages du littoral ? » Voilà ce que j’ai pensé en découvrant que Jean-Christophe Rufin, qui m’a toujours convaincu.